PINOCCHIO

D'après: Carlo Collodi
Mise en scène: Frédéric Garbe
Avec: Stéphane Bault, Youna Noiret, Laëtitia Vitteau et Gilbert Traïna

Photographie © Geoffrey Fages

Walt Disney, Comencini, Mattotti, Benini, Winshluss, et bien d’autres se sont déjà intéressés aux aventures de Pinocchio. On ne compte plus les relectures, les adaptations et réécritures de cette histoire au théâtre, au cinéma, dans la bande dessinée et dans la littérature. Le mythe de Pinocchio appartient à l’imaginaire collectif au même titre que les contes de Grimm, d’Andersen ou de Perrault.

Il est possible d’appréhender cette histoire de manière multiple. On peut en faire une lecture psychanalytique, sociale, morale ou même politique. Frédéric Garbe cherche à mettre en avant la force de l’imaginaire, le caractère impressionniste, émotionnel de évènements et des thématiques qui constituent cette épopée.

Photographie © Geoffrey Fages

On trouve dans cette histoire une multitude de thèmes : le conte initiatique bien sûr, le rapport au père et à la mère, l’absence, le rapport à l’autorité, la mort. On y trouve également souvent la monstruosité et la transformation, et plus positivement la quête de liberté, d’émancipation et de découverte de soi.

L’histoire du pantin n’est pas ici racontée de manière chronologique et exhaustive mais sous formes de séquences choisies. Oniriques, impressionnistes, burlesques ou cauchemardesques, elles peuvent tout aussi bien se présenter de manières simultanées, se succéder, s’alterner ou se faire l’écho les unes des autres.

Photographie © Geoffrey Fages

La forme du spectacle s’inspire du modèle de la bande-dessinée : ses techniques de récit, d’ellipse, ses règles de découpage rythmique et la liberté qu’elle donne à l’imagination.

Pour ponctuer ces séquences et faire avancer le récit, les personnages, que Pinocchio croise au cours de son périple, viennent nous raconter eux-mêmes leur version des faits. L’histoire ne se déroule donc pas seulement du point de vue du pantin, mais passe par le filtre de ces personnages, amis ou ennemis, qui participent à l’odyssée de notre héros.

Photographie © Geoffrey Fages

Les acteurs, jouent les personnages de la fable, sont aussi manipulateurs d’objets, et déplacent les éléments scénographiques, transformant l’espace.

Ils mettent en place le décor d’une séquence à venir ou interviennent à l’intérieur d’une séquence en cours. L’artifice théâtral est dénoncé, ses codes sont visibles, mais l’idée est de faire surgir le merveilleux et l’émotion avec toujours au centre de ce dispositif : l’acteur.

Pour se faire, diverses techniques sont utilisées : animations d’objets, projections vidéo et ambiances sonores afin de définir plusieurs espaces, à différentes échelles, mêlant le très petit et le très grand.

LA PRESSE

“ L’histoire initiatique d’un pantin admirablement revisitée (…) Des personnages adroitement incarnés, des images numériques précises qui servent sans affectation l’imaginaire, un plaisir du jeu communicatif, pour une pièce graphique réglée avec soin. ”

Delphine Michelangeli
Zibeline n°93 - Février 2016

“ Dans son traitement (fabuleuses trouvailles), sa philosophie (diabolique société/usine à rêves) et son humour (ah, la justice !), le pantin de Collodi version Garbe, metteur en scène de “l’autre compagnie” (Toulon), suscite (…) l’émerveillement.
Des aventures où la candeur, les joies et les peurs sont à hauteur d’enfance: hallucinantes, démesurées, effrayantes… ”

Anne Camboulives
Vaucluse Matin - 29 Janvier 2016

“ L’autre Compagnie met brillamment en scène l’un des contes les plus populaires de notre temps en s’appuyant sur les techniques de la bande dessinée. Ou comment redécouvrir Les Aventures de Pinocchio. ”

Olivier Puech
Ventilo n°364 - 25 novembre 2015

“ Le texte de Collodi est remarquablement adapté et mis en scène par Frédéric Garbe, qui sait à la fois mettre en évidence les moments clés de l’histoire de la marionnette, sans jamais trahir l’esprit de ce conte initiatique. La sobriété des décors est magnifiée par les dessins projetés en fond de scène, qui suivent la course du pantin ou esquissent les entrailles ténébreuses du requin (effectivement, chez Collodi, ce n’est pas une baleine, n’en déplaise à Disney !)… On joue sur la riche palette des registres, doublant les péripéties d’un regard ironique et tendre. Les acteurs servent avec virtuosité ce petit bijou. ”

Maryvonne Colombani
Zibeline - Novembre 2015

DIFFUSION

2015 - 2016

28 et 29.01.16 - Théâtre des Halles, Avignon (84)

01.12.15 - Le Carré, Sainte-Maxime (83)

27.11.15 - Théâtre Antoine Vitez Festival Mômaix, Aix-en-Provence (13)

21 et 22.11.15 - Théâtre Comœdia Festival Grain de Sel, Aubagne (13)

2014 - 2015

06.05.15 - CNCDC Châteauvallon, Ollioules (83)

13 au 15.04.15 - Théâtres en Dracénie, Draguignan (83)

13.02.15 - Théâtre de la Licorne Made In Cannes, Cannes (06)

02.12.14 - Théâtre de la Colonne, Miramas (13)

29.11.14 - 3bisF Festival Mômaix, Aix-en-Provence (13)

26.11.14 - Aggloscènes, Saint-Raphaël (83)

Vanessa Moskovosky. collaboration artistique

Laurent Bénard. création lumière

Stéphane Chapoutot. création sonore

Jérémie Dramard. illustration

Sophie Autran. réalisation costumes

Stéphane Bault. marionnettes

Mathieu L'Haridon. accompagnement scénographique et technique

Les ateliers Sud Side. construction décor

Création 2014-2015

Production : L’autre Compagnie

Coproductions : 3bisF, Théâtres en Dracénie, la Ville de Saint-Raphaël et le C.N.C.D.C de Châteauvallon - Scène Nationale (dans le cadre de résidences de création).

Avec l’aide du Théâtre du Rocher et de l’Espace Comédia.

L’autre Compagnie reçoit le soutien de la ville de Toulon, du Conseil Départemental du Var, du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d'Azur, de la DRAC PACA, du Fonds d’Insertion pour Jeunes Artistes Dramatiques DRAC et Région PACA. Ce projet bénéficie d'une aide de l'ADAMI.